les silences absurdes

les silences absurdes… là ou le sablier ne se retourne pas…

 

Le train courrait sur sa double ligne

il rattrapait les arbres

normal,ils marchaient moins vite

parfois même,

ils allaient à reculons

les vaches, elles, ne bougeaient pas

elles regardaient passer les trains et les arbres.

 

Les nuages filaient à toute vitesse

plus vite encore, la vie galopait

c’est elle qui a gagné,

elle nous a trépassé.

 

fa   le 26-10-2016   dans un train de retour .

 

Publicités